Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
MBGC Editions Monique Bellini

LA GIRAFE MEDICIS

15 Juin 2021 , Rédigé par MBGC Publié dans #bonus

 

Comment expliquer la présence de girafes sur une dizaine de fresques florentines et tableaux de la Renaissance ?

La girafe Médicis est une girafe qui fut offerte à Laurent de Médicis en 1486, probablement par al-Ashraf Qaitbay, le sultan mamelouk burjite de l'Égypte, dans une tentative diplomatique de se rapprocher des Médicis.

La girafe causa sensation lors de son arrivée à Florence car, même si les Médicis possédaient une grande ménagerie et avaient déjà présenté un mannequin géant d'une girafe, c'était le premier exemplaire vivant à être vu dans la ville.

Son passage dans les rues de Florence fut immortalisé par les plus grands peintres : Domenico Ghirlandaio, Raffaello Botticini, Giorgio Vasari et Francesco Bacchiacca, ainsi que par le poète Antonio Costanzo, qui la décrit en ces termes :

« Je l'ai également vu soulever la tête des spectateurs, ceux accoudés aux fenêtres, parce que sa tête atteignait la hauteur de onze pieds ; par le même fait, en la voyant au loin, des personnes pensaient qu'ils regardaient une tour plutôt qu'un animal. Elle semblait aimer la foule, toujours pacifique et sans crainte, elle semblait même observer avec plaisir les personnes qui venaient pour la contempler. »

Bien qu'Anne de France ait rappelé à Laurent sa promesse de la lui offrir, elle ne fut pas satisfaite pour autant : Laurent, qui avait fait construire, dans sa villa médicéenne de Poggio a Caiano, une écurie spéciale pour la girafe, chauffée pour la protéger des hivers florentins humides, la vit se rompre le cou dans la poutraison et mourir, peu de temps après son arrivée.

Ce fut également la première girafe en Italie depuis les jours de l'ancienne Rome. Elle ne survécut pas longtemps, et l'on dut attendre près de 300 ans avant de revoir une autre girafe en Europe.

Giorgio Vasari et Marco da Faenza

Les ambassadeurs présentant leurs hommages à Laurent le Magnifique, vers 1556-1558, plafond de la chambre de Laurent le Magnifique au Palazzo Vecchio (Florence).

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article