Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MBGC Editions - Monique Bellini

Les corrections de Monique : Lucie Delarue-Mardrus

5 Avril 2017 , Rédigé par MBGC Editions Publié dans #bonus

Les corrections de Monique : Lucie Delarue-Mardrus

 

Belle-Maman possédait de nombreux ouvrages des écrivains des années folles. Elle prétendait en avoir rencontré certains. Avant son mariage, elle avait vécu quelques années à Paris avec la ferme intention de faire du cinéma. Cela était son obsession, cependant, pour participer à un tournage, il ne faut pas se lever à 11 heures du matin.

Cela dit, Belle-Maman avait pas mal de livres de Lucie Delarue-Mardrus. L’avait-elle côtoyée ? Belle-Maman s’était-elle rendu au fameux pavillon de l’Amazone qui réunissait chaque vendredi les écrivains célèbres, les romancières, dramaturges et lesbiennes du moment ? Je ne saurais le dire ! Elle ne l’a jamais confié.

Je n’ai pas lu les livres de Mme Delarue-Mardrus, je suis tombée par hasard sur un passage particulièrement croustillant. Cette écrivaine qui avait fait partie d’un jury littéraire et avait plusieurs cordes à son arc (!) Cette talentueuse personne couchait sur papier les méditations du chien Kiki :

 

On se met à table. J’aurai des rognures de tout et du sucre au dessert : mon cœur bat. Ma petite maîtresse sort et m’emmène : mon cœur bat. Tout à l’heure elle va courir et je serai derrière et devant elle à la fois : mon cœur battra. Je sais qu’elle va faire une station à la ferme. Elle s’installera près du feu pour causer un moment. J’aurai ma place contre ses jambes : mon cœur battra. Où irons-nous ? Voir les poules ou à l’écurie ? N’importe, j’en serai : mon cœur battra. À l’heure du goûter, elle rentrera un instant à la maison. Je ferai le beau pour avoir un bout de pain que je n’aime pas : mon cœur battra. Ensuite, ensuite ce sera le reste de la journée et, le soir, mon installation dans le lit, contre elle, dans ses bras, heure où mon cœur battra plus fort encore. Il battra dans mes rêves confus et je pousserai des petits cris en dormant ; il battra au réveil, demain et recommencera tout un nouveau jour de bonheur et d’angoisses. Car dans tous ces battements de cœur, il y a surtout cela : « Si elle allait m’oublier ? »

 

La critique n’était pas tendre avec cette chère dame, elle disait : « les ouvrages de Mme Lucie Delarue-Mardrus, où l’on trouve réunis tous les manquements à la syntaxe, toutes fautes possibles, en un mot, tous les défauts qu’il est de rigueur d’éviter pour bien écrire. »

J’ai donc abandonné cette grande littérature.

Les corrections de Monique : Lucie Delarue-Mardrus

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article