Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MBGC Editions - Monique Bellini

Extrait - Le disciple de Belzebuth

29 Mai 2017 , Rédigé par MBGC Editions Publié dans #Extraits des livres

Extrait - Le disciple de Belzebuth

 

À table, Loys Gaufridy mange avec une sobre inélégance et une parfaite majesté.

— Du temps de sa folle jeunesse, la reine Marguerite de Navarre dormait dans des draps de satin noir !

— Pour quelle raison, Messire ?

— Pour faire ressortir son corps blanc, uniquement pour cela, mon amie !

Les jeunes femmes ne rient pas. Faussement honteuses, elles posent une main sur leur bouche, quant à Magdeleine, elle se dit que la couleur des draps n’a aucune importance surtout si Gaufridy partage sa couche. Elle a un infime sourire et se tourne vers le moine qui ne desserre pas les dents.

— N’avez-vous besoin de rien, frère Michel-Ange ?

— Non, ma chère enfant, je vous remercie.

S’il parle peu, par contre, il ingurgite les mets raffinés que Françoise Demandolx a fait servir. Gaufridy poursuit avec son habituelle assurance :

— J’ai appris récemment que Catherine de Médicis avait un sein de plus que la plupart des femmes, c’est sans doute la raison pour laquelle son époux désertait le plus souvent sa chambre pour celle de Diane de Poitiers !

Les jeunes femmes paraissent terrifiées.

— Trois seins, c’est horrible !

— C’est atroce !

— Cela doit être affreux !

Anthoine de Demandolx prend enfin part à la conversation. Il murmure :

— Je l’avais entendu, mais je n’ai jamais constaté cet état de choses !

Les convives éclatent de rire. Françoise de Demandolx est heureuse, cette soirée est vraiment réussie, toutefois elle regrette d’avoir invité ce moine Michel-Ange qui boude depuis le début de l’après-midi et qui donne l’impression d’improuver les manières saines et directes de ce cher Gaufridy. Celui-ci dit d’un ton rêveur :

— Pour ma part, je serais curieux de voir pareille difformité. Jolies dames, l’une de vous a-t-elle un sein en trop ? Qu’elle le montre bien vite, si toutefois cette curiosité n’est pas exclusivement réservée aux plaisirs des rois !

Les dames continuent de rire, tandis que Gaufridy feint de les implorer :

— Allons, mes douces, faites un petit effort…

Extrait - Le disciple de Belzebuth

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article