Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MBGC Editions - Monique Bellini

Le réveillon de Nelly

23 Février 2016 , Rédigé par MBGC Editions Publié dans #bonus

Le réveillon de Nelly

Journal MASSALIA

C’est le soir. Le carillon sonne huit heures. Dans le grand salon, Nelly est assise, parée de sa robe neuve. Elle ne bouge pas, ne pleure pas, elle est seulement anéantie. Toutes ses forces semblent l’avoir abandonné, et seules les paroles de son fiancé résonnent encore dans sa mémoire.

« Allo ! Nelly, excuse-moi, ma chérie, mais il m’est impossible de passer te chercher. Ma mère est fatiguée. Papa réveillonne avec des amis, quant à moi, un copain vient de me téléphoner… Allo, Nelly… »

Elle avait raccroché.

Depuis quelque temps, la jeune fille s’était rendu compte que Jean-Christophe ne l’aimait plus. Maintenant, elle en a la certitude.

Nelly est seule, ses parents sont partis à la neige et elle est soulagée de n’avoir à fournir aucune explication.

Que va-t-elle faire ? Elle n’en sait rien. Nelly pourrait se rendre chez une amie, mais elle n’en a pas le courage et reste prostrée dans la belle demeure.

Les minutes passent, quand soudain elle se lève, prend son manteau et son sac et quitte la maison.

La rue Paradis est sombre. Nelly marche tandis que des larmes coulent sur ses joues. Elle croise des gens qui ne la voient pas, qui portent des fleurs, des paquets, des bouteilles. Ils sont heureux tandis qu’elle va tête basse dans cette rue qui n’a pas de fin.

Un coup de Klaxon la fait tressaillir. Elle tourne la tête et voit des jeunes gens qui lui font des signes tandis que la voiture ralentit. Nelly hausse les épaules. L’automobile la dépasse en vrombissant.

Parfois, elle jette un bref regard vers les vitrines décorées et regarde un instant les guirlandes de lumières qui vont d’un immeuble à l’autre.

Soudain, un bruit de moteur stoppe auprès d’elle et une voix familière crie son nom. Avec indifférence, Nelly voit Jean-Christophe venir vers elle.

— Nelly, j’ai essayé de t’appeler, mais personne n’a répondu. J’ai été très inquiet… J’ai eu peur que…

Elle fait une petite moue et se tourne vers le grand jeune homme qui l’accompagne. Jean-Christophe poursuit :

— Je te présente Georges Ringuet, l’ami dont je t’ai parlé.

Georges est beau garçon. Il a un étincelant sourire, un visage que l’on ne se lasserait pas de regarder. Nelly oublie son chagrin et sent une espèce de bonheur l’envahir. Jean-Christophe lui prend le bras.

— Allons, viens avec nous…

Nelly voudrait refuser, mais elle prend place dans la voiture.

Plus tard, après le souper, lorsque Nelly et Georges se dandinent sur la piste de danse, Jean-Christophe sait désormais qu’il sera inutile de donner une explication sur sa conduite, et loin d’en être satisfait, il s’en trouve quelque peu déçu.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article