Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MBGC Editions - Monique Bellini

La Mode 1973

28 Avril 2014 , Rédigé par Monique Bellini Publié dans #bonus

La Mode 1973

Les petits maris grincheux et économes seront cette année, fort soulagés que la mode dans son ensemble, soit aussi semblable à celle du printemps dernier.

La seule grande innovation sur le plan vestimentaire est incontestablement le style « Haillon ». Celui-ci, comme son nom l’indique, consiste à se couvrir de guenilles. Ainsi, celle qui aura accidentellement déchiré l’une de ses toilettes, devra s’armer d’un rasoir et multiplier les balafres pour obtenir à peu de frais, une silhouette dernier cri !

Cette nouveauté par excellence vient sans aucun doute de cette fameuse vague d’érotisme qui déchaîne dans l’esprit de certains humains, des folies obsessionnelles. Alors, hormis fort heureusement des exceptions que je souhaite nombreuses, les vêtements des beaux jours devront être tailladés largement et à différents endroits. La rue – le trottoir – allais-je écrire, deviendra un centre d’attraction fort développé grâce au contraste d’une fesse rose sous un pantalon noir, et d’un sein brun sous une robe blanche.

Trêve de plaisanteries ! Parlons maintenant de la mode avec un grand « M ». Le pantalon reste cette année encore, l’élément le plus recherché. Élégant et pratique, il se fait surtout en blanc et quoique le bas restât toujours aussi large, la taille, elle, est pleine de fantaisie. Taille haute, genre danseur espagnol, boutonnage dans le dos et sur les côtés. Il se porte généralement avec des blouses aux manches chauve-souris, dont on a plissé le devant et gonflé le dos, où s’accompagne de corsages ajustés par des piqures élastiques formant un nid d’abeilles et dont les manches sont enserrées aux poignets et aux coudes.

Les petits maris grincheux et économes, seront cette année, fort soulagés que la mode dans son ensemble, soit aussi semblable à cette du printemps dernier.

La seule grande innovation sur le plan vestimentaire est incontestablement le style « Haillon ». Celui-ci, comme son nom l’indique, consiste à se couvrir de guenilles. Ainsi, celle qui aura accidentellement déchiré l’une de ses toilettes, devra s’armer d’un rasoir et multiplier les balafres pour obtenir à peu de frais, une silhouette dernier cri !

Cette nouveauté par excellence vient sans aucun doute de cette fameuse vague d’érotisme qui déchaîne dans l’esprit de certains humains, des folies obsessionnelles. Alors, hormis fort heureusement des exceptions que je souhaite nombreuses, les vêtements des beaux jours devront être tailladés largement et à différents endroits. La rue – le trottoir – allais-je écrire, deviendra un centre d’attraction fort développé grâce au contraste d’une fesse rose sous un pantalon noir, et d’un sein brun sous une robe blanche.

Trêve de plaisanteries ! Parlons maintenant de la mode avec un grand « M ». Le pantalon reste cette année encore, l’élément le plus recherché. Élégant et pratique, il se fait surtout en blanc et quoique le bas restât toujours aussi large, la taille, elle, est pleine de fantaisie. Taille haute, genre danseur espagnol, boutonnage dans le dos et sur les côtés. Il se porte généralement avec des blouses aux manches chauve-souris, dont on a plissé le devant et gonflé le dos où s’accompagne de corsages ajustés par des piqures élastiques formant un nid d’abeilles et dont les manches sont enserrées aux poignets et aux coudes.

Pas de juste milieu dans cette mode, et si les chemisiers sont excentriques, la robe est trop sage. Droite, elle se ferme souvent par quatre boutons clairs, son col-tailleur est de toute dimension, sa seule beauté est celle du tissu, car elle est taillée dans des soies, des crêpes de Chine et des shantungs.

Le tailleur, fait également de tissu précieux, se compose de vestes courtes ou mi-courtes et de jupes plissées accordéons ou plissés soleil. Donc, pour donner une note personnelle à ces toilettes, vous avez le choix entre la capeline, la vaste écharpe bariolée, le turban et ce dont toutes les élégantes rêvent : Le jonc.

Celui-ci est le bienvenu en jade, or, nacre, chalcopyrite, bois sculpté et j’en passe… Il faut en mettre en grand nombre à vos bras et en intercaler les couleurs, ainsi, vous aurez l’air de Maharanis blondes et brunes.

Pour le soir, les couturiers se sont donné un peu plus de mal. En effet, les robes de mousselines, d’organdis et de gaze imprimés se meuvent gracieusement autour des corps que l’on veut fluides sous des drapés quasi transparents. Certaines tenues de soirée font ressembler à des statues antiques descendues de leurs piédestaux. D’autres sont parées de volants qui papillonnent autour du décolleté et d’immenses plumes d’autruche, mais un grand nombre de jeunes femmes adopteront, je pense, le cardigan long et incrusté de pierreries qui s’ouvre… sur un maillot de bain…

Quant au pantalon, il semble actuellement exclu des soirées élégantes.

Grâce aux escarpins à talons hauts, qui sont le plus souvent bicolores, vous partirez d’un bon pied vers ce printemps que je vous souhaite, chères amies, plein de poésie…

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article