Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
MBGC Editions - Monique Bellini

Extrait - Pourquoi as-tu épousé cette idiote ?

19 Mars 2014 , Rédigé par MBGC Editions Publié dans #Extraits des livres

Extrait - Pourquoi as-tu épousé cette idiote ?

DOUGLAS.

Ils veulent de l’argent !

MARJORIE.

Où veux-tu qu’on le prenne ?

DOUGLAS.

Je suis en plein tourment.

MARJORIE.

Et moi, en plein dilemme.

DOUGLAS.

Cette femme est impie, ce garçon insensé...

MARJORIE.

Si je pouvais, au moins, les faire assassiner...

(Archie et Johanna se sont assis sur un canapé)

(Ils sont côte à côte, fort sages, ils ne bougent pas)

(Ils ressemblent à deux enfants qui, attentifs, se tiennent bien droit sur les bancs de l’école)

(Ils regardent la scène, médusés)

(Douglas met la main sur son front. Il se lamente)

DOUGLAS.

Oh, vénérable tante, qui remplaça ma mère,

Dites-moi aujourd’hui, ce qu’il est bon de faire...

MARJORIE.

Vous auriez dû, c’est sûr me demander avant,

Plutôt que d’épouser cet ignoble ravan !

DOUGLAS.

Ma tante bien aimée, qui remplaça ma mère,

C’est bien là un sujet dont nous n’avons que faire.

(Marjorie secoue les poings. Elle a changé de ton)

(Sa voix est calme et posée)

PROSE

MARJORIE.

Mais oui, pauvre imbécile.

Si tu avais épousé une jeune fille de ton rang...,

... et richement dotée,

Nous aurions pu faire face...

(Elle tend la main, telle une tragédienne)

VERS

MARJORIE.

Plutôt que d’être là, les dix ongles rongés...

Et désormais contraints de nous voiler la face.

(Douglas va de long en large. Il se tord les mains)

(Il ébouriffe ses cheveux)

(Pendant ce temps, Archibald met sa main sur celle de Johanna)

(Johanna la retire)

(Il la remet)

(Elle la retire de nouveau)

(Il met la main sur le sein de la jeune femme)

(Elle la retire brusquement en le regardant avec fureur)

(La main d’Archibald se pose alors sur le bas ventre de Johanna)

(Johanna écarquille les yeux)

(Elle regarde en l’air, hausse une épaule.

(Elle prend la main d’Archie et la pose sur son sein)

DOUGLAS.

(Terriblement agité)

Cessez, je vous en prie,

Je n’en puis plus pouvoir,

Vos reproches incessants,

Me mettent au désespoir...

MARJORIE.

(En déliant bien ses mots)

Tu n’es qu’un imbécile et un triple crétin,

Quel besoin avais-tu d’unir cette.

(Elle remue sa main)

DOUGLAS.

(Toujours plein d’emphase)

Non ! Ne dites point cela, ce serait une injure.

Mon épouse est un ange, une femme si pure,

Il ne faut point toucher, son honneur, sa vertu,

Vos mauvaises pensées envers elle me tuent...

(Archibald caresse voluptueusement le sein de Johanna).

(Johanna reste impassible)

(Douglas leur tourne toujours le dos)

(Marjorie regarde vers eux)

(Elle avance son cou, croyant que ses yeux lui jouent des tours)

(Marjorie pousse un hurlement)

MARJORIE.

Ah ! Je n’en crois point mes yeux...

DOUGLAS.

(À sa tante)

Et moi point mes oreilles,

Je ne puis plus souffrir une chose pareille,

Votre esprit malfaisant, vos paroles impies,

L’ensemble de ces faits me donnent le tournis...

ARCHIBALD.

(En enlevant sa main)

L’ensemble de ces faits me mettent à l’agonie...

(Douglas s’est tourné vers Archibald)

(Archibald a pris la main de Johanna, qu’il a enfermé tendrement dans les siennes)

DOUGLAS.

Merci, mon cher cousin,

De la réconforter,

Merci d’en prendre soin,

Sinon, que de l’aimer...

(Marjorie est folle de rage. Elle a arraché sa perruque)

(Elle la tient à la main, et la secoue)

MARJORIE.

En prendre soin !

Idiot ! Tu ne vois pas, il bande.

Il lui touche les seins.

Il joue la sarabande.

(Elle pleure dans sa perruque)

Hoooooooo

(Au bout de quelques secondes. Avec un accent tragique)

Que suis-je venue faire,

En ce monde insensé,

Sur ce lopin de terre,

Avec ces deux…..

… Avec ces deux…..

(Elle soupire. Remue la perruque à plusieurs reprises)

Ces deux larves, mes neveux...

Mais qu’ai-je fait au ciel ?

L’un, c’est Doudou, Dougui

L’autre... La Chichounette...

Que ne suis-je point morte,

Juste en venant de naître…

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article